Jiquilillo la belle

Nous quittons Jiquilillo la belle, la tête pleine de souvenirs et de paix. Couchers de soleil dans le Pacifique qui semble infini, moucheté de bateaux de pêcheurs et d’enfants rieurs sur ses vagues. Une famille chaleureuse dont le père au grand sourire nous a initié à l’art de la chasse au crabe de boue et celui de la pêche à la ligne sur le rivage généreux. Lectures endormies au fond d’un hamac berçé par le vent. Délices de repas qui nous donnèrent une autre pause de viande et de gallo pinto. Et Pauline et moi, trois jours durant, loin du stress de la ville et du tournage.

Nous quittons Jiquilillo la belle, un pincement au cœur, pour retourner sous les feux croisés de Chinandega une brève nuit, et roulons vers le Salvador le lendemain matin. Là, nous retrouverons nos amis du CESTA (Centro Salvadoreño para una tecnología appropriada), et Luís et Monica, ce couple d’amis chaleureux que nous avons quittés précipitamment l’an dernier.

IMG_5321.JPG


Publications
Publication récentes
Archives